Date: du 1er vendredi de Février au dimanche suivant, soit du 4 au 6 février 2022.

Déesses fêtées : Brigit, Frigg (ou Friggja). C’est bientôt le retour de la déesse Jörd (prononcé « Iorde ») qui symbolise la terre fertile, celle qui donne. (Nertha est la déesse qui symbolise la terre qui prend)

Symbolique : Moment avant la naissance. Va nous donner un fruit au printemps. La graine, la lumière douce, l’aurore.

Rune : Ing (la graine…) , Berkano

Animal: Ours (c’est la fin de son hibernation, février est le mois de l’Ours dans le calendrier odinique) ; Coq, c’est lui qui réveil l’Ours.

Rituels :

-Placer les bougies dès le 1er Février devant la porte de la maison.

-Manger des crêpes, des graines germées et du miel (en référence à l’ours)

-Consacrer les graines

-Vider « sa coupe », se libérer psychologiquement.

-Purifier son corps (sauna, alimentation soignée…)

La première fête odinique de l’année administrative

Bien moins connue que les fêtes de Yule, ou Samhain, la fête d’Imbolc n’en est pas pour autant mineure.

Christianisée, assimilée, cette Fête a pourtant survécu par la Force de sa douceur, et sa flamme est arrivée jusqu’à nous aujourd’hui. Le terme “Imbolc”, remplacé peu à peu par le nom de “Chandeleur”, évoque dans les esprits des hommes d’aujourd’hui la dégustation de crêpes, et éventuellement la fête des chandelles. Mais ses symboliques sont bien plus vastes et substantives encore.

Les religions monothéistes ont toujours mis une énergie conséquente à détruire, interdire et faire disparaître les fêtes dites Païennes, et le pouvoir des Femmes. On peut dire que la fête d’Imbolc, en cumulant ces deux paramètres, n’a pu que faire les frais de l’Inquisition.

Les peuples Keltes – c’est-à-dire celto-germaniques ou druido-odiniques –  pendant la période des fêtes d’Imbolc honoraient avant tout une Déesse, figure de la mère nourricière. Brigit (Irlande), Frigg (Odinique), Artémis (Héllènique), ou encore Artio, sont autant de noms différents pour rendre hommage au principe Féminin.

Les dates pour fêter Imbolc étaient fixées selon l’astronomie, et correspondaient à une période de 5 jours. Durant ce temps, loin des grandes pompes et des démonstrations, on célébrait cette fête au foyer, et aussi, plus intérieurement, en son foyer symbolique.

Pleine d’introspection et de douceur, cette fête rend hommage à la Lumière qui prépare son grand retour, après deux longs mois sombres et froids. La Lumière, le Soleil, symbolisés par Baldr, (prononcé Baldeur) sont sur le point de renaître. C’est pourquoi cette fête est également appelée “les Lances de Baldr”, figuration du retour des rayons de soleil.

Mais pendant Imbolc, ce sont des gestations symboliques que l’on prépare. La déesse prend la forme d’une femme enceinte, qui accouchera bientôt…et dont le terme est au Printemps.

Hyperborée et le réveil de l’Ours

Du temps de l’Hyperborée, où l’hiver durait 6 mois, le soleil disparaissait de l’horizon pendant plusieurs jours, il pointait le bout de son nez par de longues aurores, et quand le disque solaire ré apparaissait à l’horizon après une absence de plusieurs semaines (comme c’est le cas dans le Nord de la Norvège), c’était le moment de fêter le retour du disque solaire par les crêpes, qui figurent ce disque solaire tant attendu.

C’est la fin de l’hibernation de l’Ours, animal figurant l’origine polaire des keltes, les fils de Bor (Borée, Boréale vient de Bear = Ours ; arctique vient de arktos (grec) = Ours ; l’ours c’est la source (l’origine)). Une tradition subsiste en Berry, début février, c’est la fête de la sortie de l’ours. Dans le calendrier Odinique, février est le mois de l’Ours, la rosace de l’ours de la cathédrale de Chartres en témoignait. Imbolc c’est donc aussi la fête du réveil de l’ours odinique, qui doit être réveillé par le coq gaulois !

Dans un temps moins reculé, il était tout de même question de survie. Nos ancêtres devaient impérativement optimiser le stockage des ressources alimentaires en hiver, et consommer leurs réserves avec parcimonie et sagesse.

La période d’Imbolc coïncidait avec les premiers agnelages, et donc le premier lait frais disponible de l’année.

C’est aussi le réchauffement progressif de la Terre, la hausse des températures, les premiers perce-neiges qui annoncent le réveil de la Nature, la fonte des neiges. Après un hiver passé avec des températures basses, même au sein du foyer où la mortalité infantile était fréquente, ces premiers signes de chaleurs devaient être perçus comme réconfortants et encourageants pour nos Ancêtres.

La Déesse Brigit ou Frigg est celle qui protège le foyer contre les malheurs, les incendies, et qui apporte son énergie de purification. Imbolc nous parle aussi de purification des habitants, du mental, et de la détoxification du corps.

En effet, c’est à cette période que les habitats sont rouverts pour être aérés, après une période d’économie de chaleur, où l’air était devenu plus vicié et stagnant. C’est le moment de faire de la place dans le foyer, de se débarrasser de tout ce que nous avons pu stocker pendant l’hiver, de la poussière accumulée…et ce nettoyage va se perpétuer durant tous le mois de Février.

Côté santé, c’est le moment des huttes de sudation – ancêtre du sauna – pour opérer un nettoyage en profondeur, en évacuant les toxines du corps. Ces rituels de groupe s’accompagnaient de prises de tisanes, et de jeûne, car l’économie de son énergie vitale est toujours de mise, dans cette dernière ligne droite avant le Printemps.

C’est aussi une période particulièrement propice à la préparation de futurs projets et idées, avant leur concrétisation dans la matière… Mais avant de se lancer dans une nouvelle période et de nouveaux projets, Imbolc nous invite à une introspection, une réflexion, afin de vider “notre coupe” pour mieux la remplir d’énergies nouvelles. C’est le moment de définir ce que l’on souhaite pour la future saison, ce que l’on est prêt à faire, à mettre de côté, les mauvaises habitudes à abandonner, etc.

Le jeûne associé à l’introspection permet d’avoir des idées claires, et de nous aligner avec notre Etre profond, dans la maîtrise de Soi et la domination des pulsions de base.

Si dans notre esprit, nous plantons les graines de nos futurs projets, il était également coutume de “présenter” ses semis à la Déesse, en vue de les faire consacrer, et les mettre sous les meilleures protections. Il en est de même pour toutes les bougies confectionnées pour les futurs rituels de l’année, qui sont également consacrées à cette période.

Enfin, c’est dans un sentiment de profonde gratitude que Imbolc est fêté pudiquement. Avec le reste de la farine de la saison, et le lait, des crêpes sont confectionnées et partagées en famille. Cette abondance célébrée appelle à des récoltes au moins tout aussi abondantes pour les futures moissons.

Aujourd’hui encore, les crêpes et galettes nous évoquent le disque solaire, le cycle de vie, l’Unité… Les chandelles évoquent l’espoir, le fin filet de lumière qui pointe à l’horizon, que les Anciens nommé “La Lance de Balder”. Cette lance qui vient percer les ténèbres, et vaincre l’obscurité.

Terre, Air, Eau et Feu sont tous réunis et mis à l’honneur dans cette fête, pleine de force de Vie, de douceur et de protection maternante. Avec simplicité et bon sens au naturel, c’est la santé physique et mentale qui est respectée, préservée et élevée. Elle nous rappelle que l’humain s’inscrit dans un monde auquel il est totalement inter-relié.

En ce début d’année 2022, plus que jamais nous ressentons un besoin vital de redonner un sens à nos vies. Nous attendons au sein de notre société un éclaircissement, un nouveau souffle, un réchauffement des rapports humains, et un réveil des mémoires.

Le besoin simple de vivre, de sortir des privations, des restrictions, des éloignements humains, et de se rassembler dans l’espoir de cette Lumière naissante. Cette nouvelle Lumière qui brille au bout du tunnel de l’hiver des Consciences, et qui éclairera les Vérités endormies, volées et cachées.

Unis dans ce qu’il y a de plus essentiel, nous vous souhaitons à toutes et tous la plus belle Fête d’Imbolc.

Lys B.

Laisser un commentaire