Célébrée durant la nuit du 31 Juillet au 1er Aout, Lugnasad est une des huit fêtes principales dans la culture Celte, et sûrement la moins connue.

C’est la fête des assemblées (Thing en langue Viking) le moment où le chef de tribu, le roi, va en compagnie de l’assemblée démocratique, délibérer concernant les différentes affaires, qu’elles soient politiques ou liées à la justice (tribunal) Mais Lugnasad célèbre aussi les premières moissons, les récoltes, la richesse agricole, le labeur des hommes et des femmes et le travail de la terre.
C’est une fête intermédiaire, se situant entre le solstice d’été, Litha / Midsommar, et l’équinoxe d’Automne, Mabon. Lugnasad reprend la thématique de l’Abondance et de la Prospérité de la fête de Litha. Et de la fête de Mabon, elle en reprend la notion de Gratitude et de partage. Dans l’année, elle marque le point médian entre Beltaine, en Mai, et Samhain en Octobre.

Au vu du manque de sources fiables, très peu d’informations véridiques nous sont parvenues au sujet de cette fête. Néanmoins, il est évident que cette dernière marque le temps de la moisson des blés, le temps du bilan de l’année, des efforts produits pour cette récolte.
Comme c’est souvent le cas dans les fêtes Celtiques, il est souvent question d’exprimer sa gratitude envers la Vie, la Nature.

Lugnasad évoque le nom du Dieu Gaulois Lug, et signifie “Assemblée de Lug” en Irlandais. Très révéré dans le monde Gaulois, ce Dieu a également donné son nom à la ville de Lyon dans l’Antiquité : Lugdunum.
Il est aussi intéressant de noter que Lúnasa est le mot Irlandais pour “Aout”.

Le Dieu Lug ou Lugh, est un dieu solaire chez les Gaulois, c’est aussi le Dieu des arts, de la souveraineté, du Droit et de la Puissance… Ce dieu revêt beaucoup de facettes différentes, mais plutôt dans des aspects masculins. Il est très proche de Odin et Baldr de la mythologie nordique. Lug est probablement une déclinaison de Odin avec qui il a beaucoup de points communs : l’animal de Lug est le Corbeau et son arme favorite la Lance, une lance qui vient d’Hyperborée, comme Lug lui-même qui fait parti de la Tuatha des Danna, les dieux keltes venus d’Hyperborée.

lug lugh le dieu aux corbeaux

lug lugh le dieu aux corbeaux comme Odin

Baldr, le dieu lumineux et solaire, bon et doux, se retrouve dans Lug le dieu solaire parfois représenté jeune. Lug est aussi le dieu qui juge les affaires, comme Thor et Tyr, dieux de la justice des Vikings.

Lug dieu lumière solaire baldr

Lug dieu solaire et de la lumière, comme baldr


Cette notion solaire se retrouve dans la façon de fêter Lugnasad : C’est une fête du feu, où les gens se rassemblent autour d’un bûcher pour danser, et faire des rituels de purification et de protection. Pour fêter Lugnasad, on prépare des roues solaires à huit branches : La roue de Lugnasad nous rappelle à la fois le calendrier des fêtes paiennes et les aegishjlamur ou heaumes de terreur chers aux Vikings.

roue de Lugnasad fete paienne viking celtique

L’Eglise n’ayant pu faire disparaitre la tradition des fêtes des assemblées et des moissons, elle en a toutefois détourné le sens, autant qu’il a été possible de le faire.
Les premiers blés récoltés devaient être bénis par l’Eglise, et un symbole de croix était apposé sur les premiers pains. Ces derniers représentent dans le monde chrétien le corps du Christ, éloignant la notion de communion avec la Nature.
Aujourd’hui, Lughnasad, lorsqu’il est fêté, est le résultat de l’influence d’anciennes traditions Germano-celtiques, Chrétiennes, et – d’une façon plus contemporaine- Wicca (ou Wiccan).

Cette fête des premières moissons a d’autant plus perdu en popularité du fait que la majorité des gens vivent en ville, et ne sont pas concernés directement par les récoltes nourricières, et le rythme des saisons.
Là où la grande distribution a fait en sorte que la nourriture soit disponible en abondance toute l’année, la fête de Lugnasad nous rappelle le rythme des saisons et de la terre, et replace l’Humain dans le grand Tout, en lien avec la planète, figurée par la déesse Jörd.

Les mois de Juin et Juillet étaient auparavant des périodes où les réserves de nourriture étaient vides. Ainsi on accueillait la première récolte de céréales avec grand soulagement.

C’est le moment de préparer des réserves suffisantes pour le futur hiver, et aussi celui des premières farines de l’année, des premiers pains, et de la préparation de toutes sortes de boissons fermentées.
Le premier pain fabriqué avec la première farine de l’année est considéré comme sacré. Circulaire, il évoque l’unité, et des quatre éléments qui ont servi à sa réalisation : Eau, Terre, Feu (Soleil), Air.
Le pain évoque également cette notion de partage et de convivialité, ce qui est donné et reçu…

Si dans nos sociétés modernes, le mois d’Aout est généralement associé aux congés et aux vacances, il était auparavant un mois de l’année où il fallait travailler beaucoup dans les champs. C’était un mois de travail intense, où tous les individus participaient à la récolte de toute une année. Cette récolte générait l’espoir d’avoir de quoi subsister pendant la saison froide.

D’un point de vue symbolique et astrologique, il est important de noter que la période zodiacale du Lion débute le 22 Juillet. C’est le signe astrologique du cœur, du courage et du rayonnement par excellence, mais dans le zodiaque Traditionnel, c’était l’Ours qui figurait ces valeurs et ce signe.
On est dans la maturité de l’esprit et dans l’affirmation de soi. Et cette maturité se retrouve dans celle des fruits du verger à cette période de l’année.
C’est aussi avoir le courage d’être soi même, d’être aligné à ses valeurs, et d’avoir le courage d’engager les bonnes actions pour changer ce qui doit l’être.


D’un point de vue du développement personnel, le mois d’aout est généralement le bon moment pour faire un bilan : observer, et mettre au clair ce qui fonctionne dans notre vie, et ce qui fonctionne mois, ce qui ne porte pas ses fruits.
Il est bon de s’interroger sur ce que nous sommes en train de récolter, physiquement ou symboliquement.
Puis il s’agit de décider s’il faut prendre des mesures pour changer et agir, ou bien d’accepter la situation. Cette philosophie nous rappelle que se plaindre n’est jamais une option viable et pérenne. Il s’agit d’améliorer, accepter, ou quitter la situation.
D’ailleurs, l’action de faucher les blés nous rappelle la symbolique de la mort, ce qui nous ramène à la planète Saturne et son glyphe qui figure une faucille, Saturne figure la mort et la vieillesse, entre autres. C’est une action de tri indispensable à la vie, choisir c’est renoncer, car favoriser les meilleures poussent impliquent un désherbage des autres. Couper et se couper de certaines choses permet d’en faire maturer d’autres.

 

Lugnasad est la première fête suivant le solstice d’été (Midsommar, Litha), depuis laquelle les journées raccourcissent.
Cette période appelle aux première récoltes, au travail, au bilan, et à la préparation de la période froide et sombre, par anticipation.
Cette fête est l’occasion de remercier la Terre et d’exprimer sa gratitude pour tout ce qu’elle fournit. On y célèbre également la paix, les échanges humains, les unions, le partage et la joie.
Dans notre société actuelle en quête de sens, ou la volonté de retourner de plus en plus vers la nature se fait sentir, Lugnasad nous appelle au bilan, à faire des choix, à agir et à nous aligner afin à nos valeurs.

Lys B. aidée par Oleg de Normandie

2 commentaires
  1. Merci Oleg pour cette information.

    Sans toi je n’aurai eu aucune idée de l’existence de cette fête !

    Je vais la fêter dignement en Suède où je me trouve actuellement !

  2. Merci de tout cœur Oleg et Lys pour cet article et la transmission de cette connaissance. Je ne savais pas que cette fête existait… Et, encore une fois, ton travail m’apporte tellement en terme de réveil de mémoires. Merci infiniment de me permettre de retrouver la Magie de la Vie. Je te suis sincèrement reconnaissante car, grâce à ton fabuleux travail de transmission je peux reconnecter mes ancêtres… du pur bonheur! 😉
    Frédérique

Laisser un commentaire